Top
sonia photo

Interview Sonia Konate : Le visage féminin de la guitare Neo-Soul

Visage féminin dans le paysage de la Guitare, nous échangeons quelques mots aujourd’hui avec la guitariste Sonia Konate.
Active sur la scène Anglaise, musicienne de studio, professeur, mais également présente sur les réseaux sociaux, nous découvrons aujourd’hui le parcours de cette guitariste atypique aux orientations  Jazz et Neo-Soul.

sonia photoBonjour Sonia, peux tu te présenter, parler de ton parcours musical dans ses grandes lignes ?

Salut Anouck, et tout d’abord merci beaucoup pour cette invitation ! Je suis donc guitariste “ side-women ” on pourrait dire, car j’accompagne principalement des artistes sur scène et parfois en studio. Je suis spécialisée dans tout ce qui touche à la Soul, RnB, Groove. Cependant, au quotidien j’ai l’occasion de faire des sessions dans des styles allant de la Pop au Jazz, en passant par le RnB ou encore le Reggae.

En parallèle de cette activité de live et studio, je développe également du contenu en ligne, traitant de la guitare NeoSoul/RnB, mais également du métier de musicien/musicienne.

Pour faire un rapide résumé de mon parcours : J’ai commencé la guitare à l’âge de 8 ans, à l’époque je suivais des cours de guitare classique dans la petite école de musique à côté de chez moi. C’est à l’âge de 14 ans que la musique a pris une plus grosse place dans ma vie, et que j’ai commencé à réellement me passionner pour l’instrument, entre autres grâce à la découverte du jeu en groupe.

Décidant rapidement d’en faire mon métier, je me suis donc dirigée vers des études musicales en rejoignant en 2009 l’ETM de Genève, ou j’ai entre autres étudié avec Christophe Godin. Suite à cette année d’étude, la vie m’a emmenée à atterrir à Londres pour une année d’étude à la ” TECH Music School “ (devenue BIMM). Ce fut une année au cours de laquelle j’ai énormément évolué musicalement, mais également dans ma compréhension du milieu de la musique, en particulier au contact d’un de mes profs, Femi Temowo, qui fut guitariste et directeur musical pour Amy Winehouse; je découvre auprès de lui une autre approche de l’instrument . A mon retour d’Angleterre en 2011, je commence à jouer professionnellement. Installée à Lyon, je décide alors d’approfondir mes compétences et rejoint un cursus Jazz au conservatoire, en parallèle, je joue dans de nombreux groupes et exerce également en tant que prof dans une petite école de guitare.

En 2017, je décide de retourner voir ce qu’il se passe à Londres, et c’est à ce moment que je démarre ma carrière sous la forme qu’elle a aujourd’hui. Quelques mois après mon arrivée, j’ai la chance de travailler avec la section rythmique de Keziah Jones, ce qui m’ouvrira beaucoup d’autres portes par la suite.

Tu partages ta vie entre la France et l’Angleterre, qu’est ce qui t’a décidé à faire ce choix ?

Je suis attachée à la France et continue à avoir des projets ici, je joue régulièrement en France et en Suisse. Néanmoins, je trouve en Angleterre un dynamisme concernant ma scène de prédilection (RnB/Soul/Urban) que je ne retrouve absolument pas du côté français. Aimant malgré tout le bon vin…C’est assez naturellement que le choix s’est fait de partager mon temps entre les deux pays.

Tu as beaucoup évolué au cours des dernières années sur le plan guitaristique, peux tu nous dire quelle méthode de travail tu utilises ?

Le fait de jouer avec beaucoup de personnes différentes a sûrement fait évoluer mon jeu. Je pense également que le fait d’avoir plongé de façon approfondie dans l’étude de l’harmonie a probablement développé ma compréhension de l’instrument ainsi que mon oreille, chose primordiale dans le développement de son jeu !
Ma méthode est plutôt simple, je me focalise sur un concept précis, et le bosse tous les jours durant 1 à 2 mois, jusqu’à ce qu’il soit intégré à mon jeu.

photo Sonia Konate

La crise du Covid a particulièrement impacté les artistes, qu’as tu prévu pour pouvoir continuer à exercer ton métier de musicienne ?

Cela peut paraître étrange, mais je reste optimiste ! J’avais déjà commencé à diversifier mes activités et à développer certaines choses en ligne, je vais donc pour le moment poursuivre sur cette voie, tout en espérant que la situation s’arrange dans les mois qui viennent.
Je travaille en ce moment sur une cours en ligne ayant pour objectif de permettre aux guitaristes d’enrichir leur jeu, grâce à une approche NeoSoul de l’instrument ouvrant sur d’autres types d’accords et une autre approche de l’improvisation.

Je ne pense pas que notre métier va disparaître…cependant, je pense qu’il est important de s’adapter, et d’accepter que les choses ne soient plus comme avant.

Dans les jours « plus difficiles » comment arrives-tu à garder la motivation, comment te connectes-tu à la guitare ?

Très bonne question ! Lorsque la motivation n’est pas au RDV, je prends du temps pour ré-écouter de la musique, plein de musique !….Et il ne faut généralement pas très longtemps avant que je ne me dise “attends, en fait je fais le métier le plus cool du monde”. Pour moi ce qui compte c’est de rester connectée à la musique plus qu’à la guitare, si je suis en phase avec la musique en générale, l’envie de prendre la guitare suivra.

Petite question matos : Quel est ton rig du moment ?

En ce moment j’utilise un multi-effets ME80 de Boss qui est pour moi une solution compacte et flexible. Niveau ampli, je joue sur un petit Supro Blues King, et ma guitare principale est une Reverend FlatRoc. Pour les plans acoustiques, je joue sur une Taylor GS mini. C’est un peu mon rig de base, bien que dans certaines situations je joue sur des amplis fournis par la production ou la salle, dans ce cas, je demande généralement un Supro Statesman qui est mon ampli de prédilection pour les plus grosses scènes.

rig Sonia Konate

Quel conseil donnerais-tu aux futurs et futures guitaristes qui ont envie de transformer leur passion en métier ?

Je pense que la chose la plus importante est de savoir ce que l’on vise et de mettre en place des actions en fonction. Par là j’entends, s’intégrer au réseau qui nous intéresse : Si tu souhaites devenir guitariste de Jazz manouche, alors va dans les jams, rencontre les autres musiciens de cette scène, deviens acteur de ce réseau. Selon moi, personne ne vient jamais te chercher par la main, et si tu veux que les gens pensent à toi lorsqu’ils cherchent un/une guitariste, alors fait en sorte d’être présent dans leur esprit.

Au-delà de la présence physique (un peu plus compliquée en ce moment) , je conseillerais d’exploiter au maximum les réseaux sociaux, qui sont un excellent moyen de se construire un profil et une identité en tant que musicien/musicienne.

Pour suivre Sonia sur les réseaux sociaux, c’est par ici :

– site : https://soniaonguitar.com/

– Insta : sonia_onguitar

– youtube : chaine OnGuitar

Et pour une petite introduction à la Guitare Neo-Soul sur GuitarUp, c’est par là.

Anouck
0 commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.

Nous suivre sur Instagram